PRIX LITTERAIRES
Auto-edition : Imprimer, publier un Livre 
  Prix Littéraires 2017
   
  Liste des Prix Littéraires
   
  Le blog
Recevez l'actualité des
prix par mail :
  Prix Goncourt
  Prix Renaudot
  Prix Femina
  Prix Interallié
  Prix Académie Française
  Prix Médicis
  Prix Nobel de Littérature
   
  Calendrier
   
 
  Liens & Partenaires
  Qui sommes-nous
& Mentions légales
   

Antoine et Isabelle Prix Littéraires

Couverture : Antoine et Isabelle

Antoine et Isabelle

Vincent Borel
(Sabine Wespieser)

Titre : Antoine et Isabelle Prix obtenu(s) par cet ouvrage

Présentation

Quand ils se rencontrent à Barcelone en 1925, Antonio et Isabel rêvent d’une vie libre et neuve, à l’image des utopies du temps. Isabel a fui avec sa famille la misère de l’Andalousie, Antonio a gravi les échelons au grand hôtel Oriente. Avec ses camarades de rang, il s’enthousiasme pour la jeune République espagnole. Son engagement a tôt fait de l’entraîner dans le tourbillon de l’histoire : en 1936, il prend les armes, quittant à jamais Barcelone. La bataille de l’Èbre, la fuite précipitée avec la troupe en déroute, le camp de réfugiés dans les Alpes, où il retrouve sa jeune famille, puis le maquis, l’arrestation par les Allemands en 1943 et l’envoi au camp de Mauthausen, voilà où ses choix conduisirent l’homme vaillant et opiniâtre que fut le grand-père du romancier.
Vincent Borel en effet ne cache pas ses intentions : rendre justice à ceux qui, installés en France, devinrent Antoine et Isabelle. En s’appropriant la mémoire des siens, l’écrivain prend la pleine mesure de la nécessité qu’a la littérature de témoigner. Se démarquant de la saga familiale, il inscrit le destin de ses proches dans l’épopée du vingtième siècle.
L’histoire exemplaire de ses grands-parents est conduite en parallèle avec celle, non moins exemplaire, d’industriels lyonnais. De cette famille Gillet, aperçue par Antonio quand il était dans la claque de l’opéra de Barcelone, le romancier retrace les tribulations : s’immisçant dans les mariages arrangés et les alliances stratégiques, il donne chair et corps à ces capitaines d’industrie que les soucis d’équilibre boursier et d’acquisition de brevets menèrent, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, à préserver coûte que coûte leurs intérêts. Le textile et la chimie étaient bien loin des idéaux de la Résistance.
Alternant, dans une narration éblouissante, l’évocation des républicains espagnols et celle des nantis lyonnais, Vincent Borel convainc par l’intelligence de ses personnages : chacun a fait des choix, que le romancier ne s’arroge pas le droit de juger. D’éclairer plutôt, disant avec force et talent le pouvoir des mots.

   


 

© Prix-litteraires.net 2003-2017 | webmaster@prix-litteraires.net
Page
   
Follow @prixlitteraires